Description logo pour referencement
   
Interview 2017 : Andreas Eschbach
A la Une
auteur Andreas Eschbach
Pour lesYabook

Rencontre avec Andreas Eschbach, pour la publication de son roman Aquamarine chez l’Atalante !

Mes Premières Lectures : Bonjour Andreas, et merci de nous répondre ! Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs et nous dire comment votre carrière d’écrivain a commencé ?

Andreas Eschbach : Bonjour, je m’appelle Andreas Eschbach, je suis né en 1959 à Ulm en Allemagne. J’ai vécu à Stuttgart pendant un quart de siècle pour les études pour travailler dans le monde de l’informatique. A part cela, j’écris depuis mon enfance. Toutefois, je n’ai pas été publié tout de suite : j’ai publié ma première nouvelle en 1990, mon premier roman en 1995, et quand mon troisième roman, « Jesus Video », est sorti en 2000 c’est devenu un best-seller. J’ai arrêté toute autre activité et suis devenu un auteur à temps-plein en 2001.

Comment j’en suis venu à écrire ? Tout à fait honnêtement, je ne m’en rappelle pas. Dans mon enfance, j’étais toujours entouré de papier, et j’adorais le remplir, d’abord avec des dessins, ensuite, après avoir appris à lire et écrire, avec des mots. En gros, c’est encore ce que je fais aujourd’hui.

Mes Premières Lectures : L’Atalante vient de publier votre roman Aquamarine. Quelle est la genèse de ce roman, quel est son point de départ ?


Andreas Eschbach : Parfois, les idées de romans me viennent comme un kit de démarrage complet dans lequel j’ai la réponse à toutes mes questions. Aquamarine fait partie de ceux-là : j’avais l’image de cette fille avec des branchies, je savais qu’elle s’appelait Saha et je savais aussi qu’elle devait vivre sur la côte nord de l’Australie. Le choix de ce lieu s’est finalement avéré très judicieux, et c’est quelque chose que j’ai compris en écrivant la deuxième partie de l’histoire (ce roman a été publiée en janvier 2017 en Allemagne sous le titre de « Submarin  » et sera également traduit en France).

Tout a découlé de ces trois points. De plus, écrire le roman était majoritairement fun, ce qui n’est pas toujours le cas. C’est peut-être pour cela que beaucoup de gens m’ont dit qu’ils aimaient le livre.

Mes Premières Lectures : Quels thèmes souhaitiez-vous aborder dans ce roman ? Les questions environnementales sont-elles importantes pour vous ?

Andreas Eschbach : Oui, les problèmes environnementaux et écologiques sont très importants pour moi, mais ils ne sont pas vraiment le sujet de ce livre en particulier. Aquamarine raconte l’histoire d’une personne qui ne s’intègre pas dans la société qui l’entoure et qui, pendant longtemps, ne comprend pas pourquoi – jusqu’à ce qu’un éléments force cette personne à découvrir des secrets cachés. Le thème serait plutôt, notre perception des gens génétiquement modifiés lorsqu’ils feront partie de notre vie de tous les jours.

Mes Premières Lectures : Aquamarine se déroule dans un futur plutôt proche (2151). Comment voyez-vous la vie à cette époque ?

Andreas Eschbach : Je ne vois pas 2151 comme étant si proche que ça. En termes de science-fiction, c’est un futur pour le moins éloigné. L’avantage de placer un roman dans un futur éloigné est qu’aucune personne vivante aujourd’hui ne sera en vie à ce moment-là, donc, peu importe ce que je raconte de cette époque, personne ne pourra dire si j’avais tort ou raison de notre vivant : c’est une situation assez confortable.

Le futur proche est un cadre vraiment délicat. Imaginez que j’aie écrit une histoire en 2007 (alors que George W. Bush était encore président des États-Unis) : aurais-je pu imaginer que dix ans plus tard une star de la télé-réalité sans le sous et malpolie deviendrait président des USA ? Et même si je l’avais deviné : est-ce que les lecteurs auraient rejeté cette idée avec un argument tout à fait valide à l’époque, comme : « ça ne tient vraiment pas debout » ?

Mais en vérité, ce n’est pas la raison pour laquelle j’ai choisi 2151 : j’avais besoin qu’un peu de temps s’écoule entre la création des submarins et l’histoire afin qu’ils aient déjà peuplé les mers. L’histoire ne marcherait pas s’il y en avait peu.

Mes Premières Lectures : Aquamarine est un thriller young-adult. Ecrivez-vous différemment pour les ados ou les enfants ?

Andreas Eschbach : Non. Les héros sont plus jeunes que ceux qui se trouvent dans mes romans pour adulte habituels, mais c’est tout. Et il n’est en rien plus facile d’écrire pour les adolescents ou les enfants, bien que beaucoup de monde semble penser le contraire, malheureusement.

Mes Premières Lectures : Avez-vous d’autres projets en cours ?

Andreas Eschbach : Oui, toujours. Rappelez-vous, écrire est mon travail. Mais je ne parle jamais de mon projet suivant avant que le premier jet ne soit écrit.

Mes Premières Lectures : Il me semble que vous étiez à Saint-Malo pour le festival Étonnants Voyageurs !

Andreas Eschbach : Oui, j’y étais, pour la cinquième fois déjà ! J’adore la ville de Saint-Malo qui est magnifique, surtout la vieille ville, Intramuros [en français dans le texte].
 

Merci à Erwan Devos pour la traduction des propos.


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Tous les articles pour

Nord Pas-de-Calais Lorraine Alsace Franche-Comté Provence Alpes Côte d'Azur Languedoc Roussillon Champagne-Ardennes Picardie Haute-Normandie Ile de France Bourgogne Rhône-Alpes Auvergne Midi-Pyrénées Aquitaine Limousin Poitou-Charentes Centre Basse-Normandie Pays de Loire Bretagne Corse

Interview 2017 : Andreas Eschbach : Mes Premières Lectures