Description logo pour referencement
   
Interview 2018 : Un peu d’uchronie avec Bertrand Campeis
A la Une
auteur Bertrand Campeis
Pour lesYabook

On vous propose quelques lectures uchroniques !

Ya Book : Bonjour Bertrand et merci de revenir sur Mes Premières Lectures ! Pour commencer, pouvez-vous vous présenter brièvement pour nos lecteurs ?

Bertrand Campeis : Bonjour, C’est toujours sympa de revenir dans un endroit cool et chaleureux ! :)

Alors Lectrices, Lecteurs, je m’appelle Bertrand Campeis, j’ai 40 ans, je suis fonctionnaire et je suis un geek. Dans mon cas cela se traduit par beaucoup de lectures diverses et variées (romans de Science-Fiction, Fantasy, etc. Bandes-dessinées, mangas, comics, et j’en oublie certainement), une énorme passion pour les dessins animés (qui ne m’a jamais quitté depuis l’enfance), les films, les nanars (ces mauvais films qui font rire), les jeux-vidéos et j’ai développé une passion particulière pour l’uchronie depuis 1999 (Hey ! ça fait presque 20 ans en fait !) qui m’a amené à en collectionner puis à écrire sur le sujet.

Ya Book : Vous êtes un spécialiste de l’uchronie, pouvez-vous nous définir ce genre ?

Bertrand Campeis : L’Uchronie est un mot créé à partir d’un autre : Utopie. L’Utopie c’est un endroit magnifique et extraordinaire où tout le monde est heureux et tout se passe super bien. C’est super positif et on croirait presque qu’on vit dans un rêve. Du coup, pour refléter cela, le mot est construit sur des racines grecques qui sont assez intéressantes quand on les regarde de près :

 - le u c’est la négation.

 - Topos, c’est le lieu

On nous présente donc un lieu qui n’existe pas. L’uchronie, c’est la même chose avec l’Histoire. Le mot est basé sur le u (négation) et le temps (chronos). Du coup on nous présente une histoire qui n’existe pas, mais qui aurait pu arriver. Pour simplifier à l’extrême je dis souvent que c’est de la SF à rebours : on s’interroge sur notre société actuelle, sur certains chemins que nous avons pris (ou pas) en réécrivant notre passé, et en regardant ce que cela aurait pu donner. Souvent on joue à se faire peur en imaginant que le pire est arrivé : Et si les Nazis avaient gagné la guerre par exemple ? Cela nous amène à l’une des premières œuvres uchroniques qui m’a marqué.

Ya Book : Quelle est donc cette première œuvre uchronique ?

Bertrand Campeis : J’en avais lu quelques unes avant celle-ci mais le premier roman qui m’a indéniablement marqué est Fatherland de Robert Harris (disponible en poche chez Presses Pocket).

Imaginez : nous sommes en 1964. Le IIIème Reich a remporté la Seconde Guerre mondiale. Dans quelques jours, Hitler va fêter ses 75 ans. Après des décennies de guerre froide, les Etats-Unis d’Amérique acceptent de rencontrer le Führer pour entamer des pourparlers de paix... Et reconnaître ainsi sa domination complète et totale sur l’Europe. Xavier March est inspecteur à la police criminelle. Divorcé, très critique envers le régime qu’il sert, il enquête sur un meurtre dangereux. Un meurtre qui pourrait changer la face du monde. Polar sombre et désespérant, Fatherland est une lecture marquante, avec une fin qui vous hantera longtemps.

Ya Book : Pouvez-vous conseiller quelques lectures uchroniques jeunesse et young-adult à nos lecteurs ?

Bertrand Campeis : Pour rester dans le même ton que Fatherland, je conseillerai à un lectorat adolescent la lecture des deux romans Je suis Adèle Wolfe de l’auteure américaine Ryan Graudin. Nous sommes en 1956 et les forces de l’Axe (l’Allemagne Nazie, l’Italie Fasciste et le Japon Impérial) ont remporté la Seconde Guerre mondiale. Pour célébrer la victoire, une grande course de moto, a lieu de l’Allemagne jusqu’au Japon. Le vainqueur peut approcher le Führer. Yael, une jeune femme ayant survécu à des expériences abominables dans les camps de concentration, mais qui lui ont conféré une particularité hors normes, à infiltré la course afin de la remporter et d’assassiner le Führer devant les caméras du monde entier. Mais tout ne va pas se passer comme prévu. Ces deux romans allient une aventure menée à 100 à l’heure, mais en réussissant à traiter d’autres thèmes, comme les expériences dans les camps nazis, ou la résistance allemande et sa tentative d’assassinat d’Hitler en juillet 1944. De surcroît, la psychologie des personnages va en s’étoffant, et l’auteure réussit à relancer systématiquement son intrigue en nous maintenant dans une ambiance qui fait que l’on tourne les pages avec frénésie. Un très beau roman, avec une héroïne forte, sortant des sentiers battus (elle porte un magnifique tatouage sur l’un de ses bras et rien que l’histoire de celui-ci est belle), qui permet de commencer un travail d’explications sur l’horreur de la dictature nazie auprès d’un jeune lectorat.

 



A l’opposé de ce roman mon deuxième choix va se porter sur... un manga ! Orange est une série de la mangaka Ichigo Takano, elle est complète en 6 tomes (pour l’instant...) et est disponible aux éditions Akata. Nous suivons la vie quotidienne d’une petite bande d’ami e s, tou te s lycéens, alors qu’un nouvel élève arrive dans leur établissement. Le matin même, Naho, une jeune fille enjouée et maladroite reçoit une drôle de lettre. Elle vient du futur et c’est elle-même qui se l’est envoyée. Elle la regarde de manière rapide et distraite puis s’aperçoit tout au long de la journée que les évènements qu’elle a noté se passent de la manière dont ils sont comptés dans la lettre. Ave cette lettre arrive le grand amour de Naho. Mais comment avouer à quelqu’un qu’on l’aime quand on est maladroite, qu’on a peur ? Comment faire pour aider cette personne à aller mieux ? Car la lettre révèle beaucoup de choses sur le futur qui se profile. Un futur où l’être aimé ne semble plus exister.


Avec cette série nous entrons dans un des pans de l’uchronie que je préfère, il s’agit de l’uchronie dite personnelle, pas forcément de grande modification historique, mais une modification de notre histoire : et si j’avais fait d’autres études ? Pris un autre chemin ? Demandée cette personne en mariage ? Nous le faisons toutes et tous de manière inconsciente et, comme l’uchronie, cela est souvent conjugué sur le mode du regret. On imagine toujours que l’autre chemin est toujours meilleur pour soi. Orange a ceci de particulier qu’il existe en plusieurs médias : il y a le manga, mais il existe également en Light Novel  !

Qu’est-ce que c’est ? Il s’agit de romans où le dialogue l’emporte sur les descriptions, avec quelques illustrations, des mangas écrits comme il m’arrive de le dire en riant. Si la série vous plaît, je ne saurais trop vous conseiller de jeter un coup d’œil au roman, afin de voir les quelques différences entre ces deux médias. Autre bonne nouvelle : le manga a été adapté en série animée (avec un film à la clé). Le tout joue sur beaucoup de choses : les mondes parallèles, qui existent suite à un évènement clé où un autre univers est devenu possible ainsi que la possibilité d’influer sur le passé, en envoyant un message. Mais cette série vaut surtout pour l’émotion qu’elle procure, les joies et les tristesses qui sont tout sauf des émotions de papier et ce qu’elle révèle avec beaucoup de pudeur sur certains évènements dramatiques que toute personne est amenée à côtoyer un jour ou l’autre dans sa vie. C’est une série touchante et belle, que je vous invite à lire et à partager autour de vous.

Bonnes lectures !

Bertrand Campeis est le co-auteur de l’ouvrage "Le Guide de l’uchronie", avec Karine Gobled et publié aux éditions ActuSF.


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Tous les articles pour

Nord Pas-de-Calais Lorraine Alsace Franche-Comté Provence Alpes Côte d'Azur Languedoc Roussillon Champagne-Ardennes Picardie Haute-Normandie Ile de France Bourgogne Rhône-Alpes Auvergne Midi-Pyrénées Aquitaine Limousin Poitou-Charentes Centre Basse-Normandie Pays de Loire Bretagne Corse

Interview 2018 : Un peu d’uchronie avec Bertrand Campeis : Mes Premières Lectures