Description logo pour referencement
   
Interview de Charlotte Bousquet pour Invisible
A la Une
illustratrice Stéphanie Rubini
auteur Charlotte Bousquet
Maison d'édition GULF STREAM éditions
Pour lesYabook

Rencontre avec Charlotte Bousquet pour évoquer Invisible, le dernier ouvrage de la collection Les Graphiques, publiée chez Gulf Stream.

Connaissez-vous la série de bande-dessinée des éditions Gulf Stream nommée Les Graphiques ? Dans l’ordre de parution il y a : Rouge Tagada, Mots rumeurs, mots cutter, Bulles & Blues et Invisible. Invisible est donc le dernier de la collection et clôt le cycle créé par Charlotte Bousquet et Stépahnie Rubini. On vous en parle plus en détails avec Charlotte Bousquet !

 

Mes Premières Lectures : Pourriez-vous tout d’abord vous présenter aux lecteurs de Yabook ?


Charlotte Bousquet : Je m’appelle Charlotte Bousquet, j’ai écrit une quarantaine d’ouvrages (romans , albums, BD, etc.) principalement destinés aux adultes et aux adolescents. Je suis également rôliste et cavalière…


Vous venez de publier Invisible, qui s’inscrit comme une conclusion après Rouge Tagada, Mots rumeurs, mots cutter et Bulles & blues. Comment l’idée d’Invisible vous est venue ?

 

 


Plusieurs éléments  : durant mon très bref parcours d’enseignante (en BTS), j’ai été confrontée au suicide d’une étudiante, une fille discrète, décalée, qui un jour n’est plus venue en cours… et dont j’ai appris le décès par ses camarades ; le souvenir de ces personnes, qui traversent notre scolarité et dont on oublie les noms, les visages (regardez vos photos de classe…) ; ensuite, l’envie d’en finir, qu’elle aboutisse à un appel au secours ou un véritable suicide est une réalité non seulement qu’on ne peut nier, mais également qu’on a peut-être au moins envisagé à l’époque (envie de disparaître, d’en finir une bonne fois avec la vie et le monde…) - et peu importent les raisons.

 

Avec Stéphanie, on envisageait d’en parler déjà depuis Mots rumeurs, mais on trouvait que ça faisait too much (même si, hélas ! le harcèlement est une cause de suicide). Et, en rassemblant nos souvenirs, on en est venues à évoquer la volonté de ne pas se faire remarquer, la haine de soi, etc.


Vous abordez donc notamment le thème du suicide dans cet ouvrage, est-ce un thème difficile à traiter pour les adolescents ?


Le suicide est un thème difficile à traiter en soi. Parce qu’il est difficile d’éviter le racolage, le cliché. Pour Invisible, ce qui était compliqué, c’était le découpage, pour que l’incident avec Soan agisse comme un déclencheur, mais ne soit pas compris comme une cause, pour la fin aussi - ainsi que la mise en images - Stéphanie a énormément travaillé la palette graphique de ce dernier opus.


D’ailleurs comment se passe le travail avec l’illustratrice, Stéphanie Rubini ? Echangez-vous beaucoup ?


Je crois que mes réponses précédentes le montrent ! Et puis, Stéphanie et moi, nous avons appris ensemble à élaborer ces albums. On discute généralement du projet en amont, j’écris le scénario, une fois qu’il est validé par l’éditrice, nous procédons au découpage, aux aujstements, etc.


Avez-vous d’autres projets en cours, d’autres publications de prévues ?


En mars 2016, Tant d’étoiles dans la nuit, un roman très noir destiné aux ados, chez Rageot.

 

Au début de l’automne : Sang-de-lune, dans la collection Electrogène de Gulf Stream éditeur (de l’imaginaire… sombre) ainsi qu’un road-book dans la collection Tribal de Flammarion mais la date de parution est plus floue.

 

Au premier trimestre 2017 sortira une nouvelle saison des graphiques, au lycée et avec Jean-Philippe Chabot à l’illustration. Niveau projets : un roman de fantasy adulte, un récit contemporain - adulte aussi, un roman historique (pour Gulf Stream) et une aventure de directrice de collection pour les éditions Matagot.


Y a-t-il des salons ou des festivals où vos lecteurs pourront vous rencontrer prochainement ?


Le festival du livre de Péronne, celui de Flers, les Imaginales d’Epinal, une journée à la médiathèque de Montmorency, le festival de l’imaginaire de Montrouge également sans compter le festival Livres et Musiques de Deauville.

 

Merci Charlotte pour toutes ces précisions !

 

 

Et si vous souhaitez en savoir plus sur son travail, n’hésitez pas à consulter ses blogs et son site internet :

Vous pouvez également consulter :


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Tous les articles pour

Nord Pas-de-Calais Lorraine Alsace Franche-Comté Provence Alpes Côte d'Azur Languedoc Roussillon Champagne-Ardennes Picardie Haute-Normandie Ile de France Bourgogne Rhône-Alpes Auvergne Midi-Pyrénées Aquitaine Limousin Poitou-Charentes Centre Basse-Normandie Pays de Loire Bretagne Corse

Interview de Charlotte Bousquet pour Invisible : Mes Premières Lectures