Description logo pour referencement
   
Interview de Chris Haughton
A la Une
auteur Chris Haughton
Pour lesboutchous

L’illustrateur irlandais Chris Haughton était en tournée dans notre beau pays il y a de cela quelques jours à peine... Nous avons pu le rencontrer et l’interviewer à cette occasion !

Bonjour à vous Chris Houghton, nous allons pouvoir discuter avec vous de vos derniers albums parus en France, notamment Oh non Georges et Chut ! On a un plan. Merci à vous de répondre à nos questions, nous sommes très heureus de vous rencontrer. 

 

Merci à vous pour l’interview, je suis ravi de vous rencontrer. Enchanté* (en français).

 

 

Tout d’abord, pourriez-vous nous conter votre parcours et nous expliquer comment vous en êtes venu à faire des albums pour la jeunesse ? 

 

J’ai étudié les arts graphiques à Dublin, en Irlande et été diplômé en 2001 et depuis je suis illustrateur. Cela fait donc treize ans maintenant. 

 

J’ai toujours voulu faire des livres à destination des enfants, des albums. Il y a six ans, j’ai commencé à écrire mes propres histoires, puis je les ait apportées à la Foire de Bologne.

J’y ai trouvé un éditeur coréen et suis allé par la suite en Corée pour la publication de Un peu perdu, mon premier album. Depuis, je travaille également régulièrement avec des traducteurs, français notamment. 

 

 

Quelles sont vos influences au niveau graphique ? 

 

Quand j’étais à l’université, j’adorais les caricatures et les bandes-dessinées politiques et c’est à cette période que j’ai commencé à m’intéresser au design et au graphisme. 

 

Je n’étais pas intéressé par les albums pour la jeunesse avant, je m’intéressait plutôt aux illustrations qu’il y avait dans The Guardian ou le New York Times, ce genre de choses. 

 

Depuis que je fais des albums, je suis inspiré par les albums français notamment avec des auteurs comme Benjamin Chaud (ndlr : Je n’ai pas fait mes devoirs parce que..., Une chanson d’ours, Adieu chaussette), Béatrice Alemagna (ndlr : Les cinq malfoutus, Un lion à Paris).

 

Les auteurs d’albums anglais font des choses un peu trop commerciales, j’ai donc ainsi plutôt des influences francophones. 

 

 

Pensez-vous que cela puisse expliquer le succès que vous avez en France ? 

 

Je trouve cela drôle que Oh non, Georges ! soit le plus populaire ici en France alors qu’il ne fonctionne pas du tout en Angleterre à cause de la fin ouverte. Mes albums sont prévus pour deux enfants d’environ deux ans, mais après, la différence culturelle peut expliquer le succès et le non succès d’un album.

 

La moitié des retours que j’ai sur Oh non, Georges ! en Angleterre me demandent : "mais que se passe-t-il à la fin ?". 

 

 

Mais d’ailleurs, comment vous sont venues à l’idée les aventures de ce chien ? 

 

J’aimais beaucoup l’idée du "avant/après" : que quand on tombe sur une image et quand on tourne la page, on découvre autre chose et... essayer de deviner l’accident qui va arriver !

 

L’idée d’avoir quelque chose qui arrive puis un accident qui déboule quand on tourne la page : c’est mon concept de base. Mais je me suis rendu compte que l’idée de vouloir faire cet accident qui amène a un plus gros accident, c’était ennuyeux. Cela devenait prévisible. C’est pour cela qu’il fallait un personnage qui vive ces ratés, afin de rendre intéressants les accidents. 

 

 

Est-ce que des anecdotes de votre enfance vous on inspiré pour créer ces histoires ? 

 

Quand j’étais plus jeune j’avais un chien : il était petit, mais très gros. Un jour, nous sommes partis pour les vacances de Pâques et j’avais laissé tous mes oeufs en chocolat sur la table... Le chien est monté sur la chaise, puis sur la table et a mangé la quinzaine d’oeufs de Pâques qu’il y avait dessus !

 

 

Votre chien n’a-t-il pas été malade après ? 

 

Oh si ! Le chien a vomi partout. Il n’appréciait d’ailleurs pas réellement les oeufs de Pâque puisqu’il les mâchonnait puis les vomissait, en mâchonnait encore et revomissait !

 

 

 

Pour reparler de vos albums, nous avons remarqué qu’il y avait un jeu sur les couleurs... Dans chut nous avons des teintes de bleu assez sombre, le tout dans une atmosphère discrète. Dans Oh non Georges !, c’est un peu plus rigolo, plus coloré... Est-ce volontaire ? Est-ce une idée de départ que d’avoir une couleur de base ? 

 

En fait, tout est en lien avec le texte, mais également avec les techniques d’impression. Ainsi dans Chut ! On a un plan, le texte est bleu et toute l’histoire l’est aussi. Dans Un peu perdu c’est pareil, le texte est en vert et l’histoire tourne autour de cette couleur.

 

 

Cela ne relève donc pas d’un choix artistique ? 

 

Au départ, c’était un choix de fabrication puis j’ai changé les couleurs pour que tout soit uni dans Un peu perdu et Oh non Georges !

Mais pour Chut ! On a un plan, il fallait que l’oiseau se démarque du reste car il est tout petit. Ainsi il a des couleurs très vives et les reste est effectivement beaucoup plus foncé. 

 

 

Nous allons débordez un peu de la thématique des livres, mais vos autres activités de graphiste et d’illustrateur pour des journaux a une influence sur vos autres travaux ? Est-ce que toutes vos oeuvres s’influencent mutuellement ? 

 

Je suis très influencé par les endroits où je voyage. Par exemple, pour Un peu perdu, j’étais au Mexique. L’art que j’y ait vu ainsi que les motifs utilisé m’ont beaucoup influencé pour créer mes personnages. 

 

Quand je travaille sur des tissus ou des tapisseries, c’est très différent de mes travaux sur les albums car ça n’est que du travail sur la couleur et c’est vraiment très différent de ce que je fais sur mes albums où il y a du narratif. 

Mais mes travaux s’entrecroisent et s’inspirent mutuellement !

 

 

 

Dans tout ce que vous faites, que préférez-vous ? 

 

C’est une question difficile ! J’aime de plus en plus écrire des histoires, alors qu’avant je préférait avant tout les illustrations qui la composaient. 

Maintenant, trouver l’histoire est justement devenue la partie la plus intéressante, une fois que je tiens l’histoire, je sais à quoi va ressembler mon livre !

 

 

Quels sont vos projets à venir ? 

 

Je viens tout juste de finir de travailler sur une application ; c’est comme un album, mais il n’y a pas d’histoire. Il s’agit d’un singe qui demande aux enfants de faire des choses les faisant interagir avec ce dernier. 

 

 

 

Merci à Chris Haughton pour ses réponses aussi intéressantes que drôles et merci à la traductrice !

Interview réalisée par Tony Sanchez.


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Tous les articles pour

Nord Pas-de-Calais Lorraine Alsace Franche-Comté Provence Alpes Côte d'Azur Languedoc Roussillon Champagne-Ardennes Picardie Haute-Normandie Ile de France Bourgogne Rhône-Alpes Auvergne Midi-Pyrénées Aquitaine Limousin Poitou-Charentes Centre Basse-Normandie Pays de Loire Bretagne Corse

Interview de Chris Haughton : Mes Premières Lectures