Description logo pour referencement
   
Interview de Muriel Zürcher pour Toile de Dragon
A la Une
auteur Muriel Zürcher
Parution2015-10-21
Pour les6 à 11 ans

L’auteur revient sur son travail d’écriture pour l’album "Toile de dragon", paru aux éditions Picquier Jeunesse.

Mes Premières Lectures : Pourriez-vous tout d’abord vous présenter aux lecteurs de Mes Premières Lectures ?


Muriel Zürcher : Muriel Zürcher, 43 ans, je vis en Savoie, pas loin des montagnes. Au milieu des années 2000, alors que j’exerçais un boulot tout ce qu’il y a de plus sérieux, j’ai découvert le plaisir d’écrire.

Depuis, je l’explore en tous sens : j’écris des romans, des albums, mais aussi des documentaires. Je touche à tous les genres, au fil de mes envies. Actuellement, je fais ce métier d’auteur à temps plein. Pour la suite, compte tenu des évolutions au sein du monde du livre, je ne peux jurer de rien !

 


Mes Premières Lectures : Comment est venue l’idée d’écrire ce texte à la fois beau et mélancolique ?


Muriel Zürcher : Toile de Dragon raconte l’histoire de Thong-Li, un garçon qui, grâce aux outils du lettré offert par un mendiant, dessine des dragons sur des toiles d’araignée.

 

Son talent est si grand qu’il finit par arriver aux oreilles de l’empereur. Cet homme de pouvoir veut posséder toutes les beautés. Il fait donc venir l’enfant à lui et le contraint à dessiner un dragon chaque jour plus beau dans chacune des 1001 pièces de son palais.

 

L’enfant est prévenu : s’il échoue, il aura la tête coupée. Thong-Li s’exécute, mais au fil du temps, son imagination et son énergie créative s’épuisent… jusqu’au dernier jour, où ses tentatives n’aboutissent qu’à des dragons clinquants, artificiels qui ne créent plus d’émotion.


Difficile de déterminer d’où vient l’idée de Toile de Dragon. Quelques éléments se sont agencés, donnant un embryon d’histoire. Et puis, je me suis aperçue que cette ébauche répondait à une envie : celle de parler du travail de l’artiste, de la création, et notamment de la liberté au sein de la création. Alors, j’ai continué à creuser dans cette direction. Vaste sujet ! Cela concerne bien sûr la difficulté de conserver une énergie créatrice lorsqu’il faut fournir « à la commande » pour gagner de quoi vivre (ou pour ne pas perdre la vie dans le cas de Thong-li !), mais aussi la difficulté de conserver simplicité et sincérité dans la création au fil du temps, et enfin la liberté de créer en toute liberté, au risque de fâcher les puissants.


Car on ne peut pas aborder la liberté de la création sans traiter de la contrainte. Dans ce récit, l’empereur a bien compris que l’art est une arme. Il veut posséder toutes les beautés afin de mieux les maîtriser. Et comme cela ne suffit pas, il asservit l’artiste, le jeune Thong-li, en le plaçant sous la coupe de son pouvoir jusqu’à assécher sa capacité à créer. 


Mais sur cet aspect, aujourd’hui, dans ces semaines qui suivent le terrible attentat contre Charlie hebdo, l’écho de ce conte résonne bien au-delà de ce que j’avais imaginé. Dans les classes que je rencontre, les enfants sont demandeurs d’échanges à propos du conseil que le mendiant donne à Thong-Li en lui remettant le pinceau et l’encre du lettré : « veille à ne pas tracer les limites de ta liberté ».

 

Mes Premières Lectures : Comment avez-vous travaillé ensemble ?


Muriel Zürcher : Cet album est, comme toujours, le résultat d’un travail commun. Le texte était plus long au départ, car il comportait un autre axe dans le récit : celui de la transmission de la culture par les ancêtres.

 

Florence Remy, l’éditrice avec qui j’ai travaillé chez Philippe Picquier, m’a proposé de le raccourcir pour rentrer plus facilement dans un format d’album. Je l’ai fait, et j’ai constaté qu’elle avait raison : le récit a gagné en force.

 

Ensuite, c’est l’éditeur qui a sollicité Qu Lan pour illustrer le texte. Nous n’avons pas discuté ensemble sur l’illustration. Elle a apporté son imaginaire, son approche de l’histoire et son talent pour offrir au texte une nouvelle dimension. L’éditeur a conçu un bel écrin… et l’album a vu le jour !
 


Mes Premières Lectures : L’histoire de Toile de dragon est une création de votre part, mais s’inspire-t-elle tout de même d’un conte ?


Muriel Zürcher : Toile de Dragon n’est pas l’adaptation d’un conte existant (ou alors, pas consciemment !). Par contre, pour écrire cette histoire, j’ai repris de nombreux codes et symboles traditionnels des contes d’Asie.

 

Je suis allée au plus simple, car je ne suis pas spécialiste de cette littérature. Le mendiant, l’empereur, les outils du lettré, les poissons du pêcheur, les dragons… plongent le lecteur au sein de l’univers des contes traditionnels chinois.


Situer en Chine un récit qui évoque la liberté de la création et la place de l’artiste vis-à-vis du pouvoir apportait un volet supplémentaire à cette histoire, une petite porte d’entrée qu’on emprunte, ou pas.



Mes Premières Lectures : Quel message aviez-vous envie de faire passer à travers cette courte histoire ?


Muriel Zürcher : Je suis mal à l’aise avec cette notion de « faire passer un message ». En écrivant Toile de Dragon, j’avais, avant toute chose, envie de raconter une histoire. Et puis le thème s’est imposé : le lien entre liberté et création. Comme je le disais en répondant à la question sur l’origine de cette histoire, j’y ai ouvert des portes vers mes questions, j’y ai semé mes doutes, mais l’album en est désormais le seul vecteur. Libre à chacun d’y entendre ce qu’il veut. 

 


Mes Premières Lectures : Avez-vous d’autres projets où vous collaboreriez ensemble ?

Muriel Zürcher : À ce jour, il n’y a pas de projet concret à annoncer.
 


Mes Premières Lectures : Quelles seront vos prochaines actualités ?


Muriel Zürcher : En février, Le sortilège du bout de la langue, un roman pour les enfants de 8-10 ans dans lequel le héros, victime d’un sorcier, voit soudain sa passion pour les expressions françaises devenir une menace pour lui et pour son entourage.
En mars, « pas tout de suite, Bouille ! » un album-cd chez Benjamins Média, d’un genre très différent de Toile de Dragon : L’histoire d’une petite grenouille qui déteste attendre.



Mes Premières Lectures : Où pouvons-nous vous rencontrer prochainement ? (salon, dédicace en librairie, rencontre…)


Muriel Zürcher :
En mars, à Évreux, en compagnie des dévoreurs de livres, et le 31 du même mois à la médiathèque d’Albertville puis à la libraire « l’Île aux mots » dans la soirée à Annecy.
 

Lire l’interview de Qu Lan, illustratrice de l’album Toile de dragon.

 

 


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Tous les articles pour

Nord Pas-de-Calais Lorraine Alsace Franche-Comté Provence Alpes Côte d'Azur Languedoc Roussillon Champagne-Ardennes Picardie Haute-Normandie Ile de France Bourgogne Rhône-Alpes Auvergne Midi-Pyrénées Aquitaine Limousin Poitou-Charentes Centre Basse-Normandie Pays de Loire Bretagne Corse

Interview de Muriel Zürcher pour Toile de Dragon : Mes Premières Lectures