Description logo pour referencement
   
Interview de Nicolas Lacombe 2017
A la Une
Maison d'édition Editions de l’Elan Vert
Auteur Illustrateur Nicolas Lacombe
Pour lesboutchous

Rencontre avec l’illustrateur Nicolas Lacombe pour parler de son dernier album, La Maman des Têtards, publié chez l’Elan Vert !

Mes Premières Lectures : Bonjour Nicolas, et merci de répondre à nouveau à nos petites questions ! Pourriez-vous tout d’abord vous présenter un peu et nous raconter votre parcours ?


Nicolas Lacombe : Je suis illustrateur, plasticien, auteur. Je suis né à Paris, j’ai vécu mon enfance en Aveyron et je réside depuis 1997 à Toulouse. Après un Bac littéraire-artistique, je suis rentre à l’académie des Beaux-Arts de Toulouse. Ce fut une année riche mais néanmoins difficile sur le plan pédagogique, j’ai préféré poursuivre mes études artistiques à la Faculté du Mirail jusqu’en licence. Lassé des études et du cursus universitaire, je suis ensuite rentré dans la vie active, principalement associative dans le secteur jeunesse via l’animation et la médiation culturelle. J’ai ensuite travaillé comme indépendant pour plusieurs structures et durant deux ans principalement avec la Mairie de Toulouse. Mon projet global était de proposer aux enfants des ateliers artistiques ludiques afin de les sensibiliser à l’art abstrait.


Parallèlement à ce travail d’appoint, j’ai débuté une reconversion professionnelle via mon travail de dessin. J’ai très tôt depuis l’enfance aspiré à devenir dessinateur. Avec le temps l’univers des livres jeunesses m’a inspiré jusqu’à devenir une vraie passion dévorante. Réaliser des livres, raconter des histoires c’était ce que je souhaitais le plus. Après quelques années infructueuses et amères j’ai persévéré, fort des conseils de certains éditeurs et directeurs artistiques rencontrés lors de mes premiers déplacements sur le SLPJ de Montreuil. Et suite à une entrevue sur le Stand des Editions Balivernes en 2011, j’ai eu la chance de voir mon premier album publié en Mars 2012.

 


Mes Premières Lectures : Vous avez une technique d’illustration assez particulière puisque vous êtes un « plasticien scotch ». Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre approche et sur cette technique particulière ? Pourquoi ce choix de matière ?


Nicolas Lacombe : J’ai découvert ce procédé lors d’une série de création pour une revue d’art contemporain. Le projet à l’époque n’a pas été retenu mais il m’a permis de mettre le doigt sur un effet intéressant. J’avais initié un travail autour de collages et de déchirures street-art façon Jacques Villeglé sur des thèmes et sujets sociaux variés. Mon outil était du ruban adhésif et le matériau des magazines achetés ou récupérés pour l’occasion. A ma grande surprise certains « déchirements » ne captaient que l’encre du papier, le laissant vide de sa substance colorée. Ceci m’a intrigué, j’ai donc décidé de reproduire dans un premier temps ce procédé pour des essais de textures et de fonds. Je les fusionnais au départ avec du dessin traditionnel via calque photoshop. L’auteure avec qui j’ai collaboré pour mes premiers livres m’a alors soufflée l’idée de montrer ce travail plus « expérimental » auprès de maisons d’éditions jeunesse.


Après différents retours assez positifs me suggérant d’abandonner progressivement le dessin au profit de l’encrage scotch, j’ai décidé de suivre leurs conseils. J’ai donc du réapprendre à dessiner avec ce nouveau medium. Ce fut long et fastidieux car les critiques et retours professionnels furent assez difficiles au départ, mais petit à petit les avis ont mûris vers une certaine forme de reconnaissance de ma pratique.


J’utilise depuis l’enfance les matériaux à ma disposition. J’ai eu la chance de vivre auprès de grands parents quincaillers en Aveyron et j’ai donc bénéficié à profusion de différents outils tels que le carton et le ruban adhésif. C’est donc tout naturellement que m’est venue ensuite l’idée d’utiliser ce matériau lors de mes recherches artistiques. Mon enseignement à l’école des Beaux-Arts m’a appris une chose essentielle, «  tout bon plasticien fabrique ses propres outils ». Je n’ai fait que mettre en pratique ce précepte, en le poussant à son paroxysme, par la création de mon propre pinceau.


Aujourd’hui les gens adhèrent très positivement à mon style et j’admets que ceci est plutôt encourageant, voir réconfortant aux vues de tout mon parcours et des efforts fournis.


Pour plus de clarté je vous invite à visionner mon dernier film-portrait outil de diffusion international sur ma technique de dessin : disponible via vimeo


(*relayé par le média Fubiz en septembre 2016 avec près de 92 000 vues)


Mes Premières Lectures : Vous venez de sortir « La Maman des Têtards » aux éditions de l’Elan Vert, un bel album adapté d’un conte chinois très populaire. Comment est né ce projet ? Comment s’est passée la rencontre avec l’éditeur ?


Nicolas Lacombe : Ce projet remonte à 2014 il est né suite à la découverte du film d’animation de Te Wei « Les têtards à la recherche de leur maman ». J’étais déjà a l’époque très focalisé sur la peinture chinoise du XIX°, plus précisément l’œuvre de Qi Baishi et Zhu Da au travers de leurs estampes de nature. Après diverses recherches, j’ai découvert que le réalisateur avait créé spécifiquement la technique dite du « lavis animé » afin de mieux retranscrire dans son film, le style artistique du maître Qi Bashi. J’ai instantanément été saisi par la pureté du dessin et la force du propos jeunesse de cette histoire.


Fin 2015 j’ai donc soumis aux éditions de l’Elan Vert l’idée d’adapter ce conte animé en album jeunesse. Ils ont assez vite adhéré à l’idée, mais un an de « tractation » fut nécessaire pour entériner le lancement du livre. Une attente longue, ponctuée par plusieurs échanges mails. Le moment décisif fut au printemps 2016 lors d’un entretien à la Foire Internationale du Livre Jeunesse de Bologne lorsque mon éditrice Amélie Léveillé découvrit mes premiers essais d’illustrations avec ajout de quelques décors de fond. En suivant, après avoir reçu la traduction définitive du texte à l’été, j’ai pu débuter la production du livre qui fut livré sur l’automne.


Mes Premières Lectures : La culture asiatique est-elle une source importante d’inspiration pour vous ?


Nicolas Lacombe : Oui totalement, je baigne dedans depuis l’enfance et plus précisément les années 1980, qui m’ont marquées profondément. Je peux désormais affirmer que la sensibilité artistique qui caractérise mon style graphique a été accentuée par la découverte de la culture nippone, via les mangas, les J-RPG (Japan Role Playing Game) ou la musique zen (Joe Hisaishi en tête). De manière générale c’est les silences, la respiration des rythmes, la recherche constante d’un équilibre dans l’intention calligraphique ou bien l’observation des saisons et de la nature qui donne à l’ensemble des modes d’expression asiatique une force et une justesse qui m’ont séduit. On retrouve notamment l’essence de cette philosophie dans l’œuvre de Pierre Soulages, artiste qui accompagne et nourri ma pensée depuis mes études d’arts-plastiques.


Mes Premières Lectures : Lors de notre précédente interview, vous nous aviez également parlé de votre projet de conte africain ainsi que de votre désir de variation autour du Petit Chaperon Rouge. Alors quels sont vos prochains projets d’illustrations ?


Nicolas Lacombe : Concernant le projet de conte africain, « Awa l’écho du désert », les choses ont bien évoluées, le projet d’album a pour l’instant mué en création de spectacle vivant via l’auteur-conteuse Céline Verdier (http://compagniedurevoir.com/) et le violoncelliste Auguste Harlé. Une seconde résidence de création se prépare pour l’automne 2017. Mais la piste du livre-CD n’est pas avortée elle est juste remise à plus tard.


Pour le thème du Petit Chaperon Rouge, il y a là aussi de bonnes nouvelles, un projet d’album est en prévision pour 2018 avec Thomas Scotto aux textes. Ce nouveau livre s’adressera aux plus grands et traitera non seulement du Chaperon Rouge mais aussi de 13 autres grands contes classiques.


Concernant le thème du Loup je suis en fin d’écriture d’une nouvelle histoire originale autour de cet animal. Un sujet fort sur la notion de la peur de l’autre et des différences. J’espère pouvoir présenter les premières planches d’illustrations du projet aux éditeurs sur le prochain SLPJ de Montreuil.


Un nouveau livre sur Arlequin est aussi à l’étude pour 2018 chez Balivernes (coll. Contes et Billevesées) qui viendra en suivant du « Père noël des escargots », probablement encore avec Pierre Crooks pour l’histoire.

 


Enfin de belles choses semble se profiler outre-manche avec une jolie maison Anglo-Iranienne, fortement intéressée pour publier plusieurs de mes anciens projets personnels de livres jeunesses, mis en attente depuis quelques années.


Mes Premières Lectures : Où pourrons-nous vous rencontrer dans un avenir proche ? (salon, rencontres, dédicace d’auteurs, etc...)


Nicolas Lacombe : Je serais prochainement en rencontre-dédicace :
+ d’infos agenda ici !


Mercredi 12 avril : Atelier & dédicace à la Librairie des Enfants d’Albi (81)
Samedi 15 avril : Dédicace à la librairie La Maison du Livre de Rodez (12)
Samedi 22 au Dimanche 23 avril : Performances, rencontres & dédicaces au Festival TGS Springbeak (31)
Mercredi 3 mai : Rencontre - Dédicace à la Librairie Mots & Cie de Carcassonne (11)
Lundi 29 mai : Rallye-lecture Laroque Timbaut (47)
Samedi 10 juin : Rencontre - Dédicace à la Librairie Privat Toulouse (31)
Mercredi 26 au jeudi 27 juillet : «  Partir en Livre » Médiathèque départementale de Tarbes (65)
 


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Tous les articles pour

Nord Pas-de-Calais Lorraine Alsace Franche-Comté Provence Alpes Côte d'Azur Languedoc Roussillon Champagne-Ardennes Picardie Haute-Normandie Ile de France Bourgogne Rhône-Alpes Auvergne Midi-Pyrénées Aquitaine Limousin Poitou-Charentes Centre Basse-Normandie Pays de Loire Bretagne Corse

Interview de Nicolas Lacombe 2017 : Mes Premières Lectures