Description logo pour referencement
   
Interview de Nicolas Lacombe
A la Une
Illustrateur Nicolas Lacombe
Maison d'édition BALIVERNES éditions
auteur Pierre Crooks
Pour lesboutchous

Rencontre avec un illustrateur... Scotchant !

Aujourd’hui on vous présente un illustrateur qu’on aime beaucoup chez Mes Premières Lectures : Nicolas Lacombe !

 

Mes Premières Lectures : Pourriez-vous tout d’abord vous présenter un peu et nous raconter votre parcours ?


Nicolas Lacombe : Je suis illustrateur, plasticien, auteur. Je suis né à Paris, j’ai vécu mon enfance en Aveyron et je réside depuis 1997 à Toulouse.


Après un Bac littéraire-artistique, je suis rentré à l’académie des Beaux-Arts de Toulouse. Ce fut une année riche mais néanmoins difficile sur le plan pédagogique, j’ai préféré poursuivre mes études artistiques à la Faculté du Mirail jusqu’en licence. Lassé des études et du cursus universitaire, je suis ensuite rentré dans la vie active, principalement associative dans le secteur jeunesse via l’animation et la médiation culturelle. J’ai ensuite travaillé comme indépendant pour plusieurs structures et durant deux ans principalement avec la Mairie de Toulouse. Mon projet global était de proposer aux enfants des ateliers artistiques ludiques afin de les sensibiliser à l’art abstrait.


Parallèlement à ce travail d’appoint, j’ai débuté une reconversion professionnelle via mon travail de dessin. J’ai très tôt depuis l’enfance aspiré à devenir dessinateur. Avec le temps l’univers des livres jeunesses m’a inspiré jusqu’à devenir une vraie passion dévorante. Réaliser des livres, raconter des histoires c’était ce que je souhaitais le plus. Après quelques années infructueuses et amères j’ai persévéré, fort des conseils de certains éditeurs et directeurs artistiques rencontrés lors de mes premiers déplacements sur le SLPJ de Montreuil. Et suite à une entrevue sur le Stand des Éditions Balivernes en 2011, j’ai eu la chance de voir mon premier album publié en Mars 2012.

 



Vous avez une technique d’illustration assez particulière puisque vous êtes un « plasticien scotch », vous utilisez du scotch. Vous pouvez nous en dire un peu plus sur ce procédé, cette technique ?


J’ai découvert ce procédé lors d’une série de création pour une revue d’art contemporain. Le projet à l’époque n’a pas été retenu mais il m’a permis de mettre le doigt sur un effet intéressant. J’avais initié un travail autour de collages et de déchirures street-art façon Jacques Villéglé sur des thèmes et sujets sociaux variés. Mon outil était du ruban adhésif et le matériau des magazines achetés ou récupérés pour l’occasion. À ma grande surprise certains « déchirements » ne captaient que l’encre du papier, le laissant vidé de sa substance coloré. Ceci m’a intrigué, j’ai donc décidé de reproduire dans un premier temps ce procédé pour des essais de textures et de fonds. Je les fusionnais au départ avec du dessin traditionnel via calque photoshop. L’auteure avec qui j’ai collaboré pour mes premiers livres m’a alors soufflée l’idée de montrer ce travail plus « expérimental » auprès de maisons d’éditions jeunesse.


Après différents retours assez positifs me suggérant d’abandonner progressivement le dessin au profit de l’encrage scotch, j’ai décidé de suivre leurs conseils. J’ai donc dû réapprendre à dessiner avec ce nouveau médium. Ce fut long et fastidieux car les critiques et retours professionnels furent assez difficiles au départ, mais petit à petit les avis ont mûris vers une certaine forme de reconnaissance de ma pratique.


Aujourd’hui les gens adhèrent très positivement à mon style et j’admets que ceci est plutôt encourageant, voir réconfortant au vu de tout mon parcours et des efforts fournis.

Pourquoi avoir choisi cette matière, ce produit – le scotch – en particulier ?


J’utilise depuis l’enfance les matériaux à ma disposition. J’ai eu la chance de vivre auprès de grands parents quincaillers en Aveyron et j’ai donc bénéficié à profusion de différents outils tel que le carton et le ruban adhésif. C’est donc tout naturellement que m’est venue ensuite l’idée d’utiliser ce matériau lors de mes recherches artistiques. Mon enseignement à l’école des Beaux-Arts m’a appris une chose essentielle, « tout bon plasticien fabrique ses propres outils ». Je n’ai fait que mettre en pratique ce précepte, en le poussant à son paroxysme, par la création de mon propre pinceau.

Vous venez d’illustrer un ouvrage publié aux éditions Balivernes (Le père Noël des escargots), pouvez-vous nous en dire un peu plus sur ce projet ?


Ce livre, mon cinquième, m’a été proposé par mon éditeur Pierre Crooks, qui est aussi auteur de plus d’une dizaine d’albums jeunesses. L’idée était d’illustrer une histoire de Noël avec des animaux en évitant les poncifs classiques liés à ce thème très prisé des contes de fin d’année. L’histoire très légère et accessible, narre le voyage d’un escargot. De multiples rencontres ponctuent son périple, et son parcours se dévoile au fil des saisons. Vers où va-t-il ? Que cherche-t-il ? Pourquoi est-il si pressé ? Vous le saurez en lisant le livre.

 


Une lecture facile et des images colorées font de cet ouvrage un livre prédestiné aux plus petits.


Concernant la partie graphique je me suis autorisé un style plus naïf pour ce livre, afin de coller au mieux à la tranche d’âge. Pour le style coloré brut et minimal, je me suis inspiré du travail de Léo Lionni et de Celestino Piatti. Le choix des compositions a été quant à lui soufflé par mon éditeur.

 




Vous avez d’ailleurs déjà publié plusieurs ouvrages chez Balivernes (dont le très chouette ABC Animaux Insolites), comment avez-vous commencé à travailler avec cet éditeur ?


Assez simplement en vérité. En 2011 au SLPJ de Montreuil, lors d’une rencontre furtive et improvisée sur le stand des Éditions Balivernes, j’ai montré à Pierre Crooks deux projets d’albums jeunesse en cours, l’un sur fond noir « Nina Têtemba » et l’autre sur fond blanc « Ploc Ploc la grenouille aux yeux d’or ».

 

Pierre à tout d’abord accroché sur le 1er pour des raisons personnelles, et m’a proposé de le publier sur le début du printemps. Le challenge était alors de le finir assez vite pour lui livrer les planches au plus tôt en début d’année.

 



Votre graphisme a un style assez asiatique et épuré, est-ce que l’Asie est une source d’inspiration pour vous ?


Totalement, je suis notamment, de longue date, un fan inconditionnel des « Studio GHIBLI », via le travail et le talent monstre de ses fondateurs Hayao MIYAZAKI et Hisao TAKAHATA.


Cette culture est inscrite dans mon ADN depuis toujours via la culture des animes nippons importés dans les années 80 par AB Production.


Je reste aussi un grand admirateur de l’art traditionnel asiatique chinois par les techniques de dessins de nature plus classique. Je voue une grande estime aux maîtres d’estampes du XIX° et XVIII°, tel que Qi Baishi et Zhu Da Badashan Ren. Et aussi plus contemporain comme Wei Bingshan, ou dans un registre abstrait avec le travail de Yang Hui Bahai Taipei.

Quels sont vos prochains projets d’illustrations ?


Justement deux projets avec l’auteure Bénedicte Rivière, l’un autour de l’illustration chinoise traditionnelle de Qi Baishi et Zhu Da et l’autre sur le thème du Japon et du chat. Et en parallèle je planche sur l’adaptation d’un conte traditionnel chinois : « Les Têtards à la recherche de leur maman » (小蝌蚪找妈妈, xiǎo kēdǒu zhǎo māma).


Un autre projet de conte africain « Awa l’écho du désert » avec l’auteure Céline Verdier.


Enfin je réfléchi aussi à une possible relecture ou variation du conte Le Petit Chaperon rouge de Charles Perrault. Un thème fort que j’affectionne particulièrement, à cause du personnage du Loup qui me tourne autour depuis déjà pas mal de temps. Et bien sûr plein d’autres projets personnels déjà finalisés, que j’espère voir publié très prochainement.

Où pourrons-nous vous rencontrer dans un avenir proche ? (salon, rencontres, dédicace d’auteurs, etc...)


Sur la fin d’année 2015, en librairie pour les dédicaces de mon nouveau livre sur le mois de novembre :


Et au Salon du livre et de la presse jeunesse Seine-Saint-Denis/Montreuil du 4 au 7 décembre.

Et pour l’année 2016 je vous renvoie à mon planning agenda via mon site Ultra-Book :
http://lacombenicolas.ultra-book.com/agenda_rencontres_et_dedicaces-r115713-c588519
 

 

Merci Nicolas pour toutes ces réponses, ces photos et ces belles illustrations ! Nous avions déjà adoré ABC Animaux Insolites, nous serons certainement conquis par Le Père Noël des Escargots !

 


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Tous les articles pour

Nord Pas-de-Calais Lorraine Alsace Franche-Comté Provence Alpes Côte d'Azur Languedoc Roussillon Champagne-Ardennes Picardie Haute-Normandie Ile de France Bourgogne Rhône-Alpes Auvergne Midi-Pyrénées Aquitaine Limousin Poitou-Charentes Centre Basse-Normandie Pays de Loire Bretagne Corse

Interview de Nicolas Lacombe : Mes Premières Lectures