Description logo pour referencement
   
Interview des éditions Les 400 coups !
A la Une
auteure et illustratrice Elise Gravel
illustratrice Marion Arbona
Maison d'édition 400 COUPS éditions
Pour lesboutchous

Rencontre avec cette maison d’édition québécoise, afin de mieux la découvrir et de fêter leurs 20 ans d’édition !

Rencontre avec Nicolas Trost, responsable des communications de la maison d’édition !

 

Bonjour Nicolas, et merci de répondre à nos petites questions ! Pour commencer, pouvez-vous présenter un peu la maison d’édition pour nos lecteurs ? Quand et par qui a-t-elle été fondée ?


Les éditions Les 400 coups ont été crée en 1996 par Serge Théroux et Pierre Belle et acquise en 2013 par Simon de Jocas. Dès leur début, Les 400 coups se sont fait rapidement remarquer par la qualité de leurs albums. Au fil des années, ceux-ci ont remporté de nombreux honneurs, y compris sept fois le Prix du Gouverneur Général, deux fois le Prix pour la littérature jeunesse TD et plus récemment le Prix jeunesse des libraires du Québec et celui du livre jeunesse des bibliothèques de la ville de Montréal. Aujourd’hui, la maison concentre toujours ses efforts à enrichir les différentes collections jeunesse existantes (Grimace, Carré Blanc, etc.) tout en développant de nouvelles (Hop là !, Mes premiers coups).

 

Depuis 2013, nous avons recentré nos activités sur les albums jeunesse, les collections adultes et bande dessinées sont maintenant produites par les éditions Somme Toute et Mécanique générale.


Quelles étaient les raisons pour cette création ? Et pourquoi choisir ce nom ?


Les 400 coups… car nous voulons garder notre âme d’enfants. Nous sommes toujours prêts à faire les 400 coups. C’est également le souffle et l’énergie que nous voulons insuffler à nos collections. La preuve pour Pâques notre éditeur nous a préparé une belle chasse aux cocos. Une belle activité qui nous a bien fait rire. C’est d’ailleurs le premier à s’installer à terre dans un salon pour faire la lecture aux enfants. Pour nous c’est important de garder cette proximité avec notre lecteur – l’enfant, car c’est pour lui que nous créons ces albums.


Vous célébrez les 20 ans de la maison d’édition cette année, c’est un beau parcours ! Quelles évolutions voyez-vous depuis vos débuts ?


Effectivement c’est un beau parcours. D’autant plus impressionnant que le marché du livre est en pleine évolution. C’est donc un exploit d’être toujours présent et surtout toujours aussi actif. En 20 ans, nous avons eu de belles collaborations, de beaux projets et surtout beaucoup de plaisir à créer.


Nous sommes heureux d’avoir donné leur première chance à beaucoup d’artistes que se soit des illustrateurs comme Janice Nadeau, Marion Arbona ou encore Isabelle Arsenault. Nous avons bâtis au fil des années une belle relation avec le public. Nous sommes d’ailleurs l’une des plus importantes maisons d’édition québécoise et canadienne qui soit spécialisée en littérature jeunesse. Dès le début nous avons voulu offrir des albums qui abordent des thèmes plus difficiles en créant la collection Carré Blanc. Nous sommes aujourd’hui très fiers de savoir que cette collection continue à exister et à trouver une place de choix dans les écoles et qu’elle est utilisée par les enseignants dans le cadre de leurs enseignements.


Dans l’avenir nous voulons continuer à développer de nouveaux albums jeunesse et continuer à travailler avec des artistes aussi bien québécois que français.


Quelle est la ligne éditoriale des éditions Les 400 Coups ? Combien de titres publiez-vous chaque année ?


Les éditions les 400 coups se consacrent prioritairement au plaisir, à la beauté, à la force des mots, des idées et des images. De façon ludique ou sérieuse, pour les petits et les grands, les 400 coups offrent une tribune à ceux et à celles qui ont quelque chose à dire, à partager, à raconter. Les éditions Les 400 coups se sont plus de 20 ans de création, plus de 90 distinctions et prix, plus de 280 créateurs et près de 400 titres publiés.


Nous publions 16 nouveautés par année. 8 au printemps et 8 à l’automne. Cela ne compte pas bien entendu les réimpressions.

 


Comment se déroule pour vous la création d’un livre ? Vous partez d’une idée ou bien d’un auteur ? D’une proposition ? D’ailleurs, recevez-vous beaucoup de manuscrits ?


Tous les livres ont une création qui leur est propre, car ils s’imprègnent de leurs créateurs. Mais voici les étapes que nous suivons. Nous nous réunissons environ quatre fois par année pour évaluer les manuscrits que nous recevons ; c’est la réunion éditoriale. Lors de la réunion, nous présentons les manuscrits qui ont passé le premier tour de lecture. Nous présentons le texte, l’auteur et discutons avec nos collègues pour obtenir leur impression. À titre indicatif, nous recevons en moyenne une cinquantaine de manuscrits par semaine. Lors de la réunion éditoriale, nous présentons entre 20 et 30 manuscrits. Après la lecture de chaque manuscrit et la discussion, nous procédons à un premier vote. Au final nous ne gardons qu’un à deux manuscrits. Après quoi, nous déterminons dans quelle collection l’ouvrage se place ainsi que la date approximative de publication. Actuellement, nous essayons de planifier notre programmation 1 à 2 ans d’avance. Mais en gardant toujours quelques trous pour des textes inattendus et des occasions.


Une fois le texte choisi, nous communiquons avec l’auteur. Nous discutons contrat et échéancier de production. Après quoi nous échangeons avec l’auteur pour déterminer conjointement l’illustrateur. Nous faisons des propositions à l’auteur après discussion notre choix s’arrête sur un artiste que nous contactons alors.


Une fois le contrat signé et l’échéancier approuvé le travail commencent. Dans un premier temps c’est le travail de direction littéraire afin de finaliser le texte, car il y a toujours des choses à modifier, à peaufiner, à ajouter. Puis c’est la révision linguistique. Une fois le texte finalisé, le travail de l’illustrateur commence avec les esquisses, les corrections, les ajouts, puis les finaux. Après c’est le montage de l’album, la révision d’épreuve puis l’impression. C’est donc un long processus qui s’étale sur plusieurs mois.


Nous venons de lancer deux nouvelles collections Hop Là ! qui propose des ouvrages hors-normes aussi bien dans la forme que le contenu ainsi que Mes premiers coups qui s’adresse aux tout-petits. 

 

Pour ces deux-là, nous avons approché quelques auteurs et illustrateurs pour leur présenter les deux collections et les inviter à nous faire des propositions. Nous sommes également à l’affut de ce qui se produit à l’Étranger et il nous arrive d’acheter un à deux livres étrangers que nous publions au Canada et en Europe, c’est le cas avec Le Hareng rouge ou encore Maurice et Léopold.

 



Quelle est votre actualité ? Quels sont vos projets jeunesse à venir ?


Nous publierons à l’automne le carnet de croquis de l’illustratrice Élise Gravel. C’est un carnet de 96 pages qui permettra aux lecteurs d’entrée dans l’univers et la tête de l’artiste. Un très beau projet.

 

Nous publierons également Le vide, il s’agit d’un achat de droit magnifiquement illustré sur le vide que l’on peut ressentir et le besoin que nous avons de remplir notre vie parfois de manière trop futile. Une belle métaphore sur la vie d’aujourd’hui et son tourbillon.


Parallèlement à cela, nous continuons à participer à plusieurs salons et foires aussi bien au Canada qu’à l’étranger. Nous travaillons d’ailleurs à améliorer notre présence en France. Car même si nous y sommes distribués depuis plusieurs années, il est difficile de se faire une place face aux grands éditeurs français, même si près de la moitié de notre production est faite par des auteurs et illustrateurs français, tels que Barroux, Michaël Escoffier ou encore Marion Arbona.


Où pourrons-nous vous rencontrer dans un avenir proche ? (Salons, rencontres, dédicaces d’auteurs, ...)


Nous serons à la foire du livre de Bologne, puis au Salon du livre de Québec en avril, au congrès De mots et de Craie, au Salon du livre d’Argentine en avril, Au Salon du livre d’Edmundston, Sudbury, puis quelques vacances et de retour l’automne pour Saguenay, Montréal et Montreuil pour la France sans oublier Frankfurt. 

 

Le mieux c’est de suivre l’actualité sur notre page Facebook en attendant de mettre en ligne notre nouveau site Internet.

 


Merci de votre attention, souhaitez-vous rajouter quelque chose pour nos lecteurs ?


N’hésitez pas à venir nous saluer si vous êtes de passage à Montréal ou dans l’un des Salons auxquels nous participons. Continuer à lire et à faire découvrir la littérature jeunesse à vos enfants, car c’est à travers cette initiation que nous développons le goût de la lecture et le lecteur de demain.

 

N’ayez pas peur d’apprivoiser les albums jeunesse, ils sont plus que de beaux livres, leurs histoires sont des passages vers l’imaginaire. Les albums jeunesse sont des bons moyens pour ouvrir une discussion avec son enfant sur tous les sujets même ceux qui peuvent être parfois plus durs comme le deuil, l’adoption ou encore la guerre.

 

Merci Nicolas pour ce bel échange, on espère bien venir un jour vous voir à Montréal ! :)

 


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Tous les articles pour

Nord Pas-de-Calais Lorraine Alsace Franche-Comté Provence Alpes Côte d'Azur Languedoc Roussillon Champagne-Ardennes Picardie Haute-Normandie Ile de France Bourgogne Rhône-Alpes Auvergne Midi-Pyrénées Aquitaine Limousin Poitou-Charentes Centre Basse-Normandie Pays de Loire Bretagne Corse

Interview des éditions Les 400 coups ! : Mes Premières Lectures