Description logo pour referencement
   
Rencontre avec Simon Duke
A la Une
auteur Simon Duke
Maison d'édition TALENTS HAUTS éditions
Pour lesYabook

Rencontre avec Simon Duke - auteur bilingue - pour parler de son roman "Suspect N°1", tout juste sorti aux éditions Talents Hauts !

Mes Premières Lectures : Bonjour Simon et merci de vous prêter au jeu de l’interview ! Pour commencer, pourriez-vous vous présenter un peu pour nos lecteurs ?

Simon Duke : Avec plaisir ! Né à Stoke-on-Trent (Royaume-Uni) en 1979, j’ai étudié la littérature et la cinématographie en Angleterre, et depuis 2001 je travaille en tant que journaliste. Je suis l’auteur de deux ouvrages autoédités (Out of Bounds, 2014 et The Perfectionist, 2016) et la vocation d’écrivain a toujours sommeillé en moi, mais j’en ai vraiment pris conscience il y a cinq ans. Jusque-là je n’avais jamais réussi à écrire que des histoires courtes et de façon peu fréquente. Pourtant ma tête fourmillait d’idées et de scénarios. Un jour en allant au bureau, j’ai eu des soucis de voiture. Le garagiste m’a sorti un devis faramineux et je n’ai pas voulu investir dans des réparations si coûteuses. Alors j’ai commencé à prendre le train et je me suis mis à fond dans la lecture de polars et de thrillers. J’ai découvert des auteurs qui m’étaient jusque alors inconnus.

 

 

A cette époque-là je dévorais un à deux romans policiers (des bons et des moins bons) par semaine et j’ai appris à lire en marchant ! Tout ceci m’a énormément influencé et à un moment je me suis dit : et pourquoi pas tenter ma chance ?

 

Aujourd’hui, Suspect N°1 est mon premier roman publié par voie traditionnelle. Un grand merci aux éditions Talents Hauts !

Mes Premières Lectures : Vous venez donc de publier Suspect N°1, un roman bilingue aux éditions Talents Hauts. Comment s’est passé la création de ce roman et votre rencontre avec l’éditeur ?

 

 

Simon Duke : J’ai pu profiter d’une bonne opportunité et pour cela je suis très reconnaissant à la chance que m’a donné Talents Hauts. Au début nous étions en contact pour d’autres raisons, je me suis présenté et on m’a proposé d’envoyer les premiers chapitres et un résumé du reste de l’histoire. J’ai ensuite envoyé le manuscrit complet et puis nous avons finalisé tout cela en fin d’année dernière. J’ai aussi eu la chance de rencontrer une partie de l’équipe en novembre et de pouvoir assister à une conférence à Toulouse sur les idées reçues dans la littérature jeunesse.

Mes Premières Lectures : Vous êtes journaliste de formation. Est-ce que cela vous a aidé ou approchez-vous les deux métiers de manière différente ?

Simon Duke : Mon métier de journaliste est assez spécialisé et j’écris énormément sur les industries agroalimentaires. Je suis à la fois à la recherche des dernières actus brûlantes dans mon domaine et je donne la parole aux entreprises sous la forme d’interviews. Il faut rédiger de façon rapide et factuelle, publier rapidement aussi et être à l’affut tout le temps. Pas de place pour l’imagination. Et puis le lendemain ça recommence. Par contre en tant qu’écrivain, je peux prendre le temps de réfléchir à des scénarios dont je suis le seul maître et passer des mois pour écrire, relire, réécrire, jusqu’à ce que le résultat me plaise, et ensuite je partage ma création avec le monde extérieur en croisant les doigts que ça plaise aussi. Ce sont deux mondes différents. Cependant j’essaie de mettre en pratique deux déformations professionnelles : les phrases courtes et la curiosité qui me pousse plus loin dans mon projet d’écrivain.

Mes Premières Lectures : La particularité de ce roman (et de la collection Dual) est de proposer un roman bilingue, alternant entre chapitre en français et en anglais. Comment s’est passée son écriture ?

Simon Duke : Je suis peut-être bilingue mais le français écrit reste parfois une langue étrange pour moi. Je voulais voir de quoi j’étais capable. J’ai été attiré par le principe d’écrire une histoire en deux langues différentes tout en gardant une logique de points de vue dans la trame elle-même. Pendant la rédaction de Suspect N°1, j’ai esquissé un résumé de tous les chapitres avec les points de vues dans les deux langues et afin d’éviter des « entorses du cerveau » j’ai préféré finir un chapitre, marquer une bonne pause (généralement une nuit de sommeil) et attaquer le chapitre suivant dans l’autre langue. Ceci dit, l’écriture m’est venue spontanément, je savais vers où je voulais aller.

 

Mais, que ce soit en anglais ou en français, une fois que l’idée de scénario s’est précisée dans mon esprit, je l’explore un peu plus loin afin de voir s’il y a de la substance ou matière à faire un texte plus long. Une fois que l’idée prend davantage racine, j’écris les premiers chapitres. Et puis je prends du recul et je réfléchis à toute la trame. Je mets tout sur papier et je divise la trame en parties : un peu comme un cahier des charges. Mes chapitres sont plus ou moins déterminés. Je les écris dans l’ordre, et de cette manière-là je ne perds pas le fil. Naturellement, de temps en temps je reviens sur cette trame et je peux décider de la changer ou de modifier les chapitres. Je travaille ensuite par étapes et je me fixe des buts réalistes : quelques centaines de mots par jour ou quelques milliers par semaine. 

Mes Premières Lectures : Votre langue maternelle est l’anglais. Est-ce difficile d’écrire dans une autre langue ?

Simon Duke : En effet, mon inspiration me vient en « version originale », mon énergie créative est anglaise et j’avoue, mon cœur aussi (ça doit être la raison pour laquelle je soutiens les Anglais lors des matchs France-Angleterre dans le tournoi des six nations !) J’ai écrit mes précédents romans dans ma langue maternelle et il n’existe pas de traductions. Habitant en France et ayant un bon nombre de mes lecteurs ici, c’est une observation qui m’a souvent été faite. Donc c’est un challenge que je voulais entreprendre depuis un certain moment. Et puis, j’ai cherché un autre défi : faire lire davantage les jeunes, écrire pour un public adolescent ayant soif d’améliorer son anglais tout en leur proposant une sorte d’introduction à mon monde et à celui du roman policier, qui est généralement plutôt une littérature pour adultes.

Mes Premières Lectures : Pourquoi ce choix d’un roman policier justement ?

Simon Duke : Le polar est mon genre préféré. En plus de l’action et de l’enquête, le roman policier permet de vraiment explorer ses personnages en détail en les mettant dans un contexte hors du commun, en d’autres mots : mettre des personnages ordinaires dans des situations extraordinaires. C’est aussi un genre qui permet d’insérer des personnages que nous n’avons pas l’habitude de côtoyer et des situations qui tiennent en haleine. Dans Suspect N°1, la gendarmerie de Paris et le FBI se retrouvent à collaborer dans des circonstances particulières : une vraie toile de fond qui offre pas mal de place pour écrire librement, tout en se faisant plaisir. Le roman policier est aussi pour moi très visuel, très cinématographique, et ceci est important quand j’ai une idée ou une impression. Avoir l’image dans ma tête me permet de plus facilement traduire mes pensées en mots. De plus je suis un passionné de cinéma depuis que je suis tout petit. J’ai même étudié le cinéma à la faculté en Angleterre. J’ai voulu incorporer plusieurs de mes influences et ensuite laisser libre cours à mon imagination afin de laisser un souvenir durable dans l’esprit du lecteur.

Mes Premières Lectures : Le roman est également illustré par Marie Avril. Qu’est-ce que ça fait de voir ses personnages prendre corps ainsi ?

Simon Duke : C’est une première pour moi. J’ai imaginé les personnages de Sheldon, David ou encore Catherine et Andrew d’une certaine façon et quand j’ai vu les illustrations de Marie il y a quelques mois, j’ai été très agréablement surpris. Ce sont de très jolis dessins qui donnent du volume au texte et ils ponctuent le récit à des moments clés, ce qui rajoute à la dramatisation. Marie a beaucoup de talent et je vous conseille vivement de voir de quoi d’autre elle est capable !

 

 

Mes Premières Lectures : Pouvez-vous nous parler de vos prochains projets ? Travaillez-vous déjà sur un autre roman ?

Simon Duke : Je travaille actuellement sur un autre roman pour adultes en anglais et j’en suis arrivé à peu près à la moitié du chemin. Hélas je ne peux pas en dire plus mais j’espère pouvoir communiquer sur ce projet en 2018.

 

Et puis j’ai hâte de voir quel accueil me réserve mes futurs lecteurs adolescents. Voudront-ils en savoir plus sur le lieutenant David Lopez ou sur l’agent Sheldon Black ?

 

En tout cas j’ai des centaines d’idées de scénarios dans ma tête. Vous pouvez suivre mes aventures sur http://simongduke.blogspot.fr ou via ma page Facebook.
 


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Tous les articles pour

Nord Pas-de-Calais Lorraine Alsace Franche-Comté Provence Alpes Côte d'Azur Languedoc Roussillon Champagne-Ardennes Picardie Haute-Normandie Ile de France Bourgogne Rhône-Alpes Auvergne Midi-Pyrénées Aquitaine Limousin Poitou-Charentes Centre Basse-Normandie Pays de Loire Bretagne Corse

Rencontre avec Simon Duke : Mes Premières Lectures